THIS IS US! California wines & Or.egon wine Institutes With Sowine Agency

Un événement d’envergure autour des vins Californiens et d’Oregon fut réalisé à Paris le 12 Mai 2022 dans l’Ambassade des Etats-Unis, j’y étais convié.
J’ai pu découvrir un large panel d’environ 400 vins répartis sur une quarantaine de tables et une masterclass « California Freshness » présentée par Elaine Chukan Brown rédactrice pour JancisRobinson.com.

Je fus en priorité attiré par l’excellence des pinots noirs et de certains chardonnays d’Oregon et de Napa Valley, où l’extrême soin de la plupart des crus présentés sont dignes d’une signature haute-couture à la fraîcheur exaltante tels que :
Adelsheim winery en Chehalem Mountains Oregon avec le chardonnay Staking Claim 2018 et le pinot noir Breaking Ground 2019.
Zena Crown vineyard en Eola-Amity Hills Oregon avec le pinot noir Vista 2015.
Gran Moraine en Yamhill-Carlton, Willamette Valley Oregon avec le pinot noir 2018.
Les Français (sans être chauvin) du Domaine Drouhin en Sola-Amity Hills Oregon pour le chardonnay Rose Rock 2019 et le pinot noir Rose Rock Zephirine 2018 et en Dundee Hills pour les pinots noirs dont Laurène 2018.
00 wines « EGW » (extra good white) & « VGW » (very good white) Willamette Valley Oregon avec les chardonnays 2019.
Cristom en Eola-Amity Hills Willamette Valley Oregon avec les chardonnays 2019 et le pinot noir Mt Jefferson.
Domaine Serene en Willamette Valley Yamhill Oregon avec les pinots noirs dont EvenStad 2018 et en Dundee Hills le chardonnay EvenStad 2019.
Buccella en Napa Valley avec une série splendide dont le cabernet sauvignon Katrina Eileen 2018.
Taubs Family Vineyards en Napa Valley pour le sauvignon Heritance 2019, le cabernet sauvignon Heritance 2017 et celle de la cuvée «Beckstoffer vineyard Georges III» à l’appellation Rutherford.
Les Français Valade & Transadine représentant Stephen Kistler en Sonoma Coast avec le pinot noir Freestone-Occidental 2019 ou celle de Joseph Phelps, puis Birichino en Central Coast avec Saint Georges Zinfandel 2018 old vines ou Scyclla blend carignan, grenache, mourvèdre 2018.
Austin Hope en Paso Robles Central Coast près de l’océan avec le cabernet sauvignon 2020.
Long Meadow Ranch en Napa Valley pour le merlot 2017, les cabernets sauvignons dont la cuvée E.J. Church 2014.
Hoopes Vineyard en Napa Valley à l’appellation Oakville en cabernet sauvignon.
Merryvale Family en Napa Valley avec le blend cabernet sauvignon, petit verdot 26 mois en fûts cuvée Profile 2016 ou le cabernet sauvignon 2016.
Silver Oak Family en Napa Valley Oakville avec leurs cuvées rouges onéreuses blend cabernet franc, sauvignon, petit verdot Timeless Soda Canyon Ranch 2018 ou encore le blend météorite Ovid. Hexameter 2018 ou 2015.
Domaine L’Aventure en Paso Robles Willow Creek District avec leurs cuvées extrêmes blend cabernet sauvignon, petit verdot : Côte A Côte 2018, Estate Cuvée 2017 et Optimus 2018.
Résonance Vineyard en Dundee Hills Oregon avec le chardonnay Découverte 2019 et le pinot noir Yamhill-Carlton 2017.

L’ensemble de ces vins dont j’ai eu grand plaisir à goûter et à bien noter, sont de grande pureté, d’acidité maitrisée, de corps svelte aux épices et aux fruits très délicats pour les superbes pinots noirs d’Oregon (un ballet olfactif et gustatif complexe autour de la framboise, de la cerise, de mûre, du lilas, de la cannelle, de l’écorce de cèdre etc) ; de noblesse radieuse fruitée et saline pour les chardonnays amples en bouche (nectarine bien mûre, ananas, zeste citronné, chèvrefeuille, safran, fines notes toastées etc) tout en fleurtant avec la minéralité dû au terroir; de richesse texturée vibrante pour les prestigieux cabernets sauvignons 100% ou blend avec le petit verdot ou le cabernet franc (cassis, myrtille, cerise noire et des notes de pétale de rose, de cuir, de tabac, de bois fumé, de réglisse, de chocolat noir etc).

Dans la palette Wine4Melomanes, j’ai choisi de souligner la sensualité attractive, l’éclat vivace et l’harmonie ciselée de ces vins par 3 morceaux différents de musique contemporaine en écho sortis cette année.

L’un pour les pinots noirs :

E.J. Strickland “Language Of The Unheard” 2022

 

L’autre pour les chardonnays :
Theo Croker (Feat. Jill Scott)- “To Be We “ 2022

 

Et pour finir pour les cabernets :
Artie Zaitz, Mark Kavuma feat. Will Cleasby – “Cedar Tree” 2022

Dégustation « La Grappe en bouteilles » au Plaza Athénée à Paris

Le 4 Avril dernier, l’équipe Bordelaise des oenologues « Derenoncourt Consultants » et une trentaine de vignerons de France, d’Europe et du Monde, ont reçu des dégustateurs professionnels dans un grand palace Parisien, où l’ambiance était à la convivialité.
L’ensemble des vins présentés respirait la passion et la complicité: du fin Pinot noir du domaine princier Hofkellerei des Fürsten au Liechtenstein, du mirifique Porto Tawny de la Quinta da Côrte au Portugal, en passant par les savoureux vins blend du Château de Saurs à Gaillac en France.

Partout où l’équipe des oenologues consultent, leur griffe soyeuse signe l’identité de chaque terroir avec luxe.

J’ai été particulièrement séduit par certaines cuvées comme celles du Domaine Belmont pour Dolmen et Montaigne, en IGP Côtes du Lot, où le Chardonnay s’exprime avec minéralité et fraîcheur à l’image d’un Bourgogne, ce qui est dû au terroir d’exception situé dans le Causse.
La finesse élégante du Gamay du Château des Bachelards où Alexandra de Vazeilles, peintre de ses propres étiquettes, décline ses cuvées biodynamiques ciselées telle que Fleurie les Clos 2019.
Puis en Grèce, sur une île protégée des Cyclades « Tinos », les vins du Domaine T-Oinos Clos Stegasta m’ont ravi par ses 2 cuvées. Le blanc « Asyrtiko » et le rouge « Mavrotragano », ces cépages autochtones excellent de vibrations propulsées par le terroir. Les mains expertes du vigneron ont réalisé un travail titanesque bien dirigé.
La radieuse nouvelle cuvée « I Palchi Foscarino Grande Cuvée » Soave Classico, 100% Garganega (blanc) de Inama Azienda Agricola fut un bonheur de saveurs minérales superbement ajustées.
Le Domaine des Rouillats à Montravel dans le Périgord, réhabilite le cépage Arbouriou depuis plusieurs millésimes pour les cuvées « Source » et « Origine » en IGP, et dévoile son nouveau née « Elévation » 2019 au swing réussi en merlot cabernet sauvignon, à l’élevage long en barriques.
Le domaine Bourguignon Les Héritiers Saint-Genys au luxueux Mercurey Clos Marcilly Monopole, possède quelques crus de Morgon généreux, frais, aromatiques que j’ai eu plaisir à goûter, parfaits pour la restauration de qualité.
Le fabuleux Château de Brézé, dont le site oenotouristique est incontournable dans l’appellation Saumur, dont les Chenins raffinés à la tension fraîche en bouche et hautement recommandables m’ont été servi par la Comtesse de Colbert en personne.
Le Château de Minière en Bourgueil, déclina ce jour-là un triptyque de cuvées en cabernet franc, et j’ai pu me délecter les gourmandes « Bulles de Minière », « Les Vignes Centenaires » et « Le Rouge de Minière ».
Château Monestier La Tour en Bergeracois, m’a convaincu par ses 3 cuvées bio délicieuses blanc et rouge, du millésime 2019.
A Cahors, le Château Cantelauze m’a fait déguster son délicat millésime 2015 malbec merlot épicé et frais, son élixir parcellaire « Trejet » 2017 bio 100% malbec, puis le nature bien maitrisé Nihil bio en 2020.
Le Château Gigognan en Châteauneuf-du-Pape, a proposé 3 crus en blanc et rouge à la fraîcheur surprenante, alliant intensité florale, fruitée à la complexité épicée.

La Villa Beaulieu en Coteaux d’Aix en Provence, le Domaine de la Soumade en Rasteau, le Château Labastide Orliac en Côteaux du Brulhois du Sud-Ouest, le Château de Suronde en Quarts de Chaume Grand Cru et Anjou Blanc, le Dimnik Estate en Croatie, le Kavaklidere avec Pendore & Côtes d’Avanos en Turquie, le Domaine de Baccari au Maroc, le Château Marsays au Liban et l’incroyable Bargylus en Syrie confirment par leur présence, la réussite talentueuse de l’association des vignerons de goût aux experts de l’œnologie.
Puis les italiens Tenuta Argentiera, Casenuove, Mansalto et La Massa avec Giorgio Primo ont formé une escadrille affutée de choix, lors de ce rendez-vous de haute volée.

Pour agrémenter la lecture, Wine4Melomanes vous propose un accord musical en 2 temps:

Barney McAll – Precious Energy – 2022

Ziad Rahbani – Khalas – 1985 / 2022 reissue

Frederic Beneix – Wine4Melomanes

S.I N°175 (publié en partie pour Mai 2022)

Millésime Bio 2022 : la beauté du vin au naturel

J’ai choisi 2 compositions modernes (une au début, l’autre à la fin du report) pour souligner ce grand partage rempli d’énergie, de découvertes et de rencontres positives, mais aussi pour habiller chic la petite lecture ci-dessous.

Madone “Rose” – 2022

 

Pour sa 29ième édition de 3 journées consécutives, plus les événements en marge démarrant la veille du Salon, dont l’ensemble représente des vins, des bières et des spiritueux BIO à l’échelle internationale, fut un moment intense et vivant de découvertes raffinées avec plus de 1400 domaines toujours en progression.

Installés dans plusieurs halls du Centre Expo de Montpellier dans le Languedoc, les vignerons sont placés au tirage au sort par rangées uniformes sur leur table en bois au design arrondi de très bon goût, afin de présenter leur gamme.

L’ambiance conviviale, décontractée et qualitative de l’accueil dont on a été assez longtemps privé, aiguise l’envie de déguster, de converser et de saisir l’opportunité de remettre à jour les références des sommeliers en fonction des nouvelles cuvées proposées ; et au gré du bouche à oreille, de dégotter des nouveaux domaines.

L’essor de la filière BIO en France prend une allure incontournable auprès du monde de la sommellerie, et la réalisation des nouvelles cartes de vins doivent assurément suivre la tendance pour satisfaire la clientèle de plus en plus exigeante.

Après avoir déguster des centaines de vins, j’ai choisi une série éclectique de blancs et rouges suffisamment complexes et vivaces, afin que les sommeliers puissent réaliser des accords mets et vins de haute qualité. Certains des domaines que je suis désormais, étaient mentionnés dans mon article S.I N°170 l’année passée pour leur qualité indéniable.

 

En arrivant le dimanche avant l’ouverture du Salon, j’ai pu apprécier l’événement off d’excellence BioTop & Vignerons de Nature, aux Grands Chais à Mauguio où j’ai sélectionné quelques perles aux arômes et aux saveurs poétiques très inspirantes pour réaliser des accords étoilés, telles que les blancs riches et tendus du domaine d’Adrien Berlioz, avec ses cuvées 2019 « Euphrasie » et « Marcelle » en Chignin-Bergeron dans la Savoie.

Dans le Piémont en Italie, le vignoble Cascina Corte délivre une série mono-cépage de rouges vinifiés en amphore, où la pureté fruitée se révèle divine pour les cuvées Nebbiolo et Barbera par exemple.

Un stop aux Champagnes de la Côte des Bars de Vincent Couche extrêmement précis, très peu dosés, luxueux en biodynamie Demeter et conçus avec une grande philosophie autour du terroir de chardonnay et de pinot noir.

Le Chateauneuf-du-Pape rouge « Santo » du Domaine des Maravilhas a marqué mon esprit pour ses qualités gustatives ciselées mêlant syrah, grenache et mourvèdre alliant la fraîcheur réjouissante du fruit et des épices, à la structure puissante et racée du corps du vin.

Puis une liqueur de Gentiane à 26% des Spiritueux Granier en Savoie, où la sensation racinaire en bouche sublime la sucrosité naturelle du breuvage, vient clôturer avec ferveur la première escapade gustative de la journée.

En suivant, au Domaine de Verchant, l’association du Vin de mes amis battait son plein de fréquentation.
J’ai pu sélectionner juste un moment réussi à la table du domaine bordelais Le Puy de la famille Amoreau en dégustant les cuvées parcellaires telle que La Closerie Saint Roc 2015, aux saveurs blended profondes et maitrisées de merlot cabernet sauvignon, cultivés sur un terroir d’exception unique dû à sa géologie méritant une appellation.

Une autre table parmi la centaine dispersée au milieu d’une foule dense, proposait une lignée haute voltige de vins italiens des Dolomites dont les cuvées Sgarzon et Moréi, au cépage autochtone rouge Teroldego vinifié en amphore, réalisé par Elisabetta Foradori, une femme charismatique gouvernant son domaine du même nom.

 

Le lendemain, l’inauguration du Salon MILLESIME BIO a eu lieu vers 11h au milieu des stands du hall B2 où j’ai pu déguster les fameux vins de Condrieu et ceux de Côte Rôtie du Domaine du Clos de la Bonnette. Ce vignoble confidentiel aux cuvées flambantes d’étiquettes pop art ravissantes, m’a proposé une dégustation complète autour de la syrah et du viognier, l’ensemble virevolte de finesse, de fruit et de fleur parfaitement équilibré.

Sur la table d’à côté, Cédric Ferry récemment en charge de la diffusion export du Mas des Bressades, me fit déguster 3 remarquables cuvées modernes 2020 dont Les 5 Sens en cinsault vieilles vignes de très belle densité et de bonne fraîcheur, Quintessence en Costières de Nîmes plus opulente et complexe gorgée de grenache, de mourvèdre et de syrah, puis Mas Carlot AVREVS vin orange en amphore très bien réalisé pour ceux qui découvrent.

En remontant vers la vallée du Rhône, au Domaine du Trapadis à Rasteau avec Monsieur Helen Durand qui propose des vins aux cépages sudistes de très bon rapport qualité-prix pour la restauration, avec ses cuvées Les Adrès, Les Cras, les Perrières et bien d’autres élégances bachiques issues de son terroir.

Le domaine de la Graveirette de Julien Mus dans le Vaucluse m’a séduit pour son vin blended 4 cépages, simple et frais nommé « Ju de Vie » et son Chateauneuf-du-Pape rouge grenache syrah.

Puis dans la Côte Rôtie, l’incontournable domaine Clusel-Roch et ses cuvées atomiques Le Champon, Les Vergers et Les Schistes restent un grand classique pour les exigeants.

Dans la Côte Roannaise, les domaines Les Pothiers et Sérol sont au sommet de leur appellation avec leurs séries qualitatives et riches d’expérience en blanc comme en rouge.

En Bourgogne, 3 superbes domaines méritent le détour : Seguin-Manuel avec ses Vosne-Romanée, ses Beaune 1er Cru et ses Meursault princiers mais aussi son Savigny-les-Beaune nature ; Clos du Moulin aux Moines et son éclatante gamme contenant la plupart des appellations de la région ; Jean-Michel Giboulot et sa large sélection délicieuse de Savigny.

En Alsace, j’ai retenu les Riesling et les Gewurztraminer magnifiques de Paul Ginglinger, un vigneron haute-couture ; la palette Demeter de très bon goût du domaine Gustavhof aux vins purs en biodynamie et ceux très accessibles du domaine Bernhard & Reibel ; puis l’audace réussie du vigneron André Vielweber pour son Riesling nature.

Un saut sur la côte Atlantique pour la dégustation des somptueux Muscadets du domaine Luneau-Papin, tous plus racés les uns que les autres, les hissant au top de l’appellation.

Xavier et Agnès Amirault pour le Clos Quarteyron en Saint Nicolas de Bourgueil dans la Loire, m’ont gâté avec leurs 2 nouvelles cuvées craquantes « La Ferme des Fontaines » et « Le Clos de la Gaucherie », s’inscrivant dans la lignée magnifique du reste de la gamme.

Un crochet dans le bordelais avec le vigneron Christophe Pont du Château Val Beylie proposant des vins très abordables dont sa cuvée Plaisir en 100% merlot.

L’appellation Bergerac, riche en surprise aromatique m’a offert la rencontre privilégiée de la famille de Conti Père et fils pour une dégustation complète du Château Tour des Gendres du Domaine Albert de Conti, dont les nouvelles cuvées artistiques bien gouvernées, tant en visuel qu’en contenu, La Vigne de Conti et Cantalouette.

Dans le Cahors, la famille Fournié du Château Haut-Montplaisir signe des vins de haute précision, dont l’expression du cépage malbec n’a rien à envier de l’incontournable Château du Cèdre.

Dans le Jurançon, le Clos Lapeyre et ses cuvées calibrées dont les blancs secs complexes Mantoulan et Vitatge Vielh, le Manseng nature aromatique Evidencia et le vin orange Amaros aux étiquettes modernes étincelantes à l’image de ses vins.

Plus loin dans le Sud, le Languedoc, terre d’accueil royale pour les vins BIO, les vignerons des domaines Alain Chabanon et ses cuvées mirifiques de mourvèdre, syrah, grenache blended ou 100% merlot : un régal gustatif.

Olivier Faucon pour Mas Combarèla à Saint-Guilhem-du-Désert, poursuit son travail délicat et me fit goûter une réussite en blanc (carignan, chenin) nommée « L’Eclat ».

L’ensemble des vins lumineux du domaine Le Chemin des Rêves par le vigneron Benoit Viot, oscillant entre les appellations Grès de Montpellier à Pic Saint-Loup, met « l’eau à bouche » avec poésie.

Le Mas de Janiny avec Xavier Julien en IGP Hérault aux vieilles de carignan, créa Le Temps des Gitans, vin sain de fête dont l’étiquette fut signée par le « saint » Cabu !

A Caux en appellation Coteaux du Languedoc – Pézenas, le Mas Gabriel appartenant aux anglais raffinés Deborah et Peter Core peaufine sur 6,5 hectares, des cuvées en blanc, rouge et rosé, de haute définition et très généreuses.

Dans le Minervois, les vignerons Gilles ChabbertLes Aires Hautes et ses astucieuses cuvées Les Catherines, Chrysope et Orycte à Siran, puis David Ciry du domaine Ciry Cattaneo et sa splendide cuvée Les Hirondelles, font de cette région attractive par ses reliefs, une cible de sommellerie à redécouvrir.

Dans le Roussillon en Côtes Catalanes, une découverte hallucinante de bonheur pour la cuvée « Vivienne Catherine I » en syrah sur terroir de granit, signée par les vignerons atypiques Marcel Bülher et Carrie Summer, au Domaine des Enfants vers Saint Paul-de-Fenouillet.

Puis en se glissant après la frontière, en Espagne, l’inévitable terroir du maestro Marc Bournazeau pour Terra Remota et sa gamme de vins ciselés à merveille, fascinante de richesse gustative, avec un nouveau V2, la cuvée Gg grenache noire 2020.

Puis en Catalogne, au Cellar Aixala Alcait, Jordi Jansana poursuit la création de petites merveilles en Priorat avec par exemple sa cuvée Pardelasses en grenache et samso.

En Italie, à suivre de près dans le Piémont, les cuvées de Cascina Vengore aux sublimes Nebbiolo et Barbera d’Asti. Puis La Dama délivre un Amarone della Valpolicella de haute volée en Vénitie.

Enfin le vignoble Jasci façonne un délice intitulé « Poema » sans sulfite en Montepulciano d’Abruzzo Riserva 2016.

On remonte en France à Cognac pour découvrir une série novatrice de toute pureté et grande douceur, sans sucre ajouté et sans aucun adjuvant fantomatique, pour A. de Fussigny et leurs nouveaux spiritueux VSOP, XO ou autres Vodkas dont une détonante à l’infusion de piment d’Espelette bio.

Un voyage d’esthète épicurien qu’est ce Salon, où j’oublie encore certaines références comme en Italie, les vins Luna Sicana et Familia Casadei dont j’approfondirai l’expérience l’année prochaine.

Pour clôturer l’événement en beauté, nous fûmes invités, mon amie et moi-même, par la fine équipe du très jeune domaine Cassagne & Vitailles à Montpeyroux, pour découvrir les nouveaux chais et les gites de luxe oenotouristiques, où l’on a pu déguster les nouvelles moutures à même le fût de vinification assortie d’un riche repas en suivant, et délecter quelques millésimes récents dont cet opus à la fraicheur renversante « Les Chausmes » 2016.

John Carroll Kirby feat. Laraaji “Dawn of New Day” – 2022

Frederic Beneix – Wine4Melomanes

S.I N°175 (publié en partie pour Mai 2022)

Testamatta Toscany 20th anniversary Bibi Graetz from Italy

Testamatta Toscana Rosso Vertical 2000-2019

J’ai choisi 5 millésimes pour lesquels j’ai eu l’inspiration Wine4Melomanes en les dégustant. Ils reflètent aussi la grande progression du domaine depuis que le vigneron artiste et poète l’a acquis.

Le cépage Sangiovese ou le Sang de Jupiter qui compose le breuvage de ce grand vin, se révèle de plus en plus pur et sensuel au fil des millésimes façonnés par le maestro Bibi Graetz.

Il réalise également les étiquettes de ses cuvées, étant peintre.

En découvrant le millésime 2001, j’ai pu constater le grand potentiel du terroir.

J’ai eu immédiatement un coup de cœur pour mon accord musical.

Le vin est charnu, bien équilibré, à la vivacité voluptueuse avec une structure tannique solide. Le nez épicé, les fruits noirs et rouges fondus, la salinité viennent déjà signer une certaine complexité.

Pour souligner ces qualités en musique, j’ai choisi une illustration sonore du même millésime.

Il s’agit des musiciens italiens contemporains :

Nicola Conte & Gianluca Petrella « Tema per Hifi » 2001

 

La contrebasse bien ronde composante de l’orchestration cinématique bossa jazz, vient épouser l’ensemble gustatif du nectar à l’excellence similaire.

 

Puis le 2010 s’affirme plus frais avec une bouche élancée de fruits rouges, telle que la framboise ou la cerise noire.

La longueur en bouche est supérieure au 2001, avec des sensations rétro-olfactives de laurier, de thym et de coriandre.

Le morceau de musique en accord :

Povo featuring Andy Bey “Celestial Blues” 2010

 

Le relief gustatif attractif du vin a nettement progressé. Il fait écho à la voix enchanteresse du célèbre Andy Bey, couplée aux arrangements musicaux fusionnant de cuivres West Coast, de clavier Rhodes ciselé et d’une rythmique chaloupée.

 

En 2016, la finesse tannique épurée, la vivacité gustative svelte aux notes de moka et de poivre frais sur fond de fruits rouges, nous livre un vin de haute-couture.

Le morceau de musique en accord, une reprise de Betty Carter paru dans les années 60:

Nicola Conte featuring Stefania Dipierro “Open the door” 2016

 

La sensualité vocale exprimée par la divine Stefania, soutenu par une rythmique bossa hybride et un clavier impeccable d’Harold Mabern, se calque à l’émotion lors de la dégustation du vin.

 

Vient ensuite le millésime 2018 où l’acidité très bien maitrisée, donnant de la fougue au vin, virevolte de fruits rouges bien mûrs, d’épices fines et de pureté aromatique éclatante.

Le morceau de musique en accord :

Florian Pellissier Quintet « Coup de foudre à Thessalonique » 2018

 

L’orchestre jazz à la mélodie calibrée, où les instruments ricochent de sonorités radieuses est à l’image de la vivacité fusante du vin.

 

Pour clore, le 2019 identifié par une création visuelle très moderne à l’étiquetage spéciale, affiche une dégustation de grande élégance, soyeuse à l’image d’une caresse tel que le morceau de la chanteuse Jazzmeia Horn – Green Eyes en 2019 à la fois complexe et fluide.

L’orchestration KRUG, un moment de magie

Le 9 Septembre dernier, j’ai eu la chance d’être un des rares invités, à vivre l’expérience des « Echappées culinaires » afin de déguster La Grande Cuvée, 169ième Edition du Champagne KRUG, orchestrés par le directeur de la Maison Olivier KRUG et le Chef Alexandre Marchon.

L’évènement organisé par l’Agence parisienne 14 Septembre, eu lieu au mythique Studio St Germain, situé rue de Seine à Paris, pour stimuler l’expérience triptyque de l’accord met, vin et musique à l’image d’une symphonie.

Nous étions donc dans ce lieu au décor vintage, installé sur du mobilier signé Charlotte Perriand. Disposé en binôme, nous avions à disposition le verre Joseph approprié pour inhaler et déguster cet élixir, ainsi qu’un casque Bluetooth de haute qualité et d’un masque occultant la vue pour une immersion sensorielle de 15 minutes concoctée par le musicien belge Ozark Henry.

Après une brève présentation du domaine par Olivier KRUG, l’expérience démarre.

Nous sommes dans l’obscurité.

Au nez, des notes florales, de pain d’épices, de zestes d’agrumes confits et d’amande pilée.

En écho, s’élancent des voix barytons et basses annonçant les arômes puissants et profonds du Pinot noir, puis virevoltent des voix sopranos lyriques enchanteresses soulignant les arômes très frais, aériens et purs du Chardonnay.
Et enfin s’accordent des voix exaltées combinées mezzo-sopranos, ténors à un ensemble de cordes pour ceux très structurés et vigoureux du Meunier.
Pour finir, tout se conjugue pour délivrer la divine partition musicale orchestrée en accord avec le philtre effervescent.

Nous quittons nos masques et casques et poursuivons l’expérience avec l’entrée en scène du Chef Alexandre Marchon, nous faisant découvrir ses singulières échappées culinaires.

Le ballet gustatif du Champagne toupillant autour des saveurs de nougat, de noisette, de brioche aux fines notes mielleuses et de gelée d’agrumes scintillante, ricoche avec vivacité et sensualité sur la sapidité des mets (le carpaccio de navets pralinés, la carotte ruby confite au caviar Osciètre et le homard bleu au poivre de Kampot).

Ces 3 délices se marient excellemment aux saveurs précises du Champagne en révélant une effluence fine de pierre à fusil.

Ce Champagne haute-couture crée par son orchestre KRUG signe de nouveau un opus d’excellence, à dénuder de son coffret luxueux, pour en goûter toutes ses facettes tant musicales, olfactives que savoureuses.

Pour la 169ième Grande Cuvée, le Chef d’orchestre du domaine, Julie Cavil telle une druidesse a effectué un assemblage hallucinant de 146 vins (à l’image de 146 musiciens solistes d’un orchestre symphonique), issus de onze années différentes allant de 2013 à 2000 pour le plus ancien.

Le choix de la partition musicale bachique, fut d’accentuer la rondeur et l’élégance des arômes de 2013 avec des vins issus de différentes parcelles et de dix autres années composées de vins de réserve à hauteur de 40%, issus de la vaste oenothèque du domaine.
Les 3 cépages composant la cuvée, le Pinot noir (43%), le Chardonnay (35%) et le Meunier (22%) ont chacun, leur importance caractéristique et leur mélodie au nez comme en bouche.

Adepte de la première heure de ce type d’happening grâce à mon concept Wine4Melomanes, je fus immédiatement transporté dans l’univers poétique d’exception proposé par la Maison KRUG.
J’ai de ce fait, imaginé un accord moderne Wine4Melomanes du millésime 2013, identique à sa composition telle que celle de Webster Wraight Ensemble « The ruins of Britain » de 2013 pour souligner la complexité, la vivacité, la sensualité et l’harmonie du champagne dégusté.


Click on this picture to watch :

Wine4melomanes


Click on this picture to watch KRUG review& another Wine4Melomanes review UGCB to follow:

Wine4melomanes

Wine4Melomanes on BBE Music

Wine4Melomanes Qu’est ce que c’est ?
Disons que, Wine4melomanes c’est l’art poétique d’accorder, de mixer un vin ou un spiritueux avec un morceau de musique du même millésime.
Comment ?
En jouant sur la complexité, la sensualité, la vivacité d’un breuvage et l’harmonie, les arrangements, la voix, l’orchestration, le rythme et la mélodie d’un morceau.Comment cela m’est venu ?
Well, tout naturellement, étant féru de musique et de vin, mes deux passions se mixaient à ravir l’une répondant à l’autre en amplifiant les sensations et le plaisir d’une dégustation.
Dès lors, je pris l’habitude de choisir une bouteille de vin dans ma cave et de regarder dans ma discothèque quel disque pourrait s’harmoniser à la dégustation. Puis je me suis dit que je pouvais faire correspondre le millésime des flacons aux dates de réalisations et d’enregistrements des disques vinyles. C’est ainsi que je me suis mis à rechercher le disque en fonction du millésime identique à celui du vin ou du spiritueux.Comment j’effectue mon choix ?
Mon choix se fait en fonction du style de breuvage, sa conception, sa présentation et sa réalisation moderne ou classique, qui déterminera une composition musicale contemporaine, vintage ou traditionnelle, inspirée de mes larges pérégrinations oniriques autour du monde (plus de 35 pays visités en tant que DJ ou autre discipline).En tant que sommelier la description d’un vin ou d’un spiritueux de mon point de vue professionnel va s’appuyer sur l’aspect visuel, olfactif et gustatif. Ces 3 paramètres déterminants, me guident avec précision sur mes accords musicaux suivant mon concept inventé à l’image d’un chef d’orchestre.Cette poésie est donc née de mes 2 professions DJ producteur (Fantômas records, Zimpala releases, Sexopolis & Dingo compilations) et sommelier rédacteur (Sommeliers International magazine). J’ai forgé avec le temps, une véritable relecture des sensations que l’on peut découvrir sur l’alliance de ces 2 mondes, que sont le vin et la musique. Cette approche unique et novatrice de les conjuguer me fascine. J’aspire par cet ouvrage à partager mon univers en écoutant les morceaux choisis et mes recommandations gustatives pour s’y joindre.

Avec mon partenaire de longue date DJ CAM, connu internationalement pour ses compositions musicales pionnières abstract hip-hop aux subtiles variations poétiques, son utilisation virtuose des machines et sa fascination pour un certain jazz acoustique aux palpitations plus ésotériques, nous avons choisi ensemble d’imaginer cette compilation en l’alliant à l’aventure Wine4Melomanes.

 

Voici les compositions choisies pour cette l’aventure sensorielle :

Side 1 vinyl :

1-Isabelle Mayereau « Jeux des regards » 1977 – France (3mns24s)

J’ai sélectionné une artiste française et bordelaise pour démarrer l’aventure Wine4Melomanes.

Simplement car j’affectionne cette artiste, et résidant moi même à Bordeaux dont le terroir viticole est d’une importance majeure et à l’origine de mon concept.
Cette guitariste méconnue a eu l’idée fraîche de composer cette merveille poétique sur son premier album aux arrangements musicaux « Gainsbourum » épurés.
La voix féminine et sensuelle de l’auteure me guide vers un accord en résonnance, où le vin sera floral et fruité, équilibré avec une fine structure.
Le millésime 1977 dans le bordelais fut très compliqué dû à la météo et très peu de domaines ont pu réaliser un grand cru.
J’ai donc choisi l’un des rares à avoir réussi à dépasser ces obstacles, il s’agit du vibrant Château Latour 1977 à Pauillac.
Ce vin d’exception répond sur ce millésime aux qualités décrites en accord.

 

2-Nemo « Jungle Jim » 1973 – France (7mns31s)

Ce deuxième morceau aussi réalisé par un groupe français crée par François Bréant, est tiré de leur premier album éponyme.
Cette balade pop rock, aérienne, à la guitare progressive, rythmée, accentuée d’un piano Rhodes et d’une basse profonde, fusionne avec les voix des musiciens en chorus jazz funk.
La complexité ardente de cet opus me guide vers un Bas-Armagnac Delord 1973 pour rester dans l’hexagone où cette année là encore la météo fut capricieuse.
Ce spiritueux se calque par sa puissance aromatique confite, épicée et gustative riche (pâte de coing, pruneau, abricot, écorce d’orange, mandarine, cédrat, datte, amande, muscade, cannelle, poivre blanc, zan…), aux arrangements jazz rock à la fine complexité et « Baudelairiens » enivrants.

 

3-Erik Tagg « Got to be lovin you » 1977 – Pays-Bas (3mns26s)

Cette composition AOR très sensuelle vient contraster avec le style de la précédente.
La gaieté poétique de la voix blanche ajustée, des chorus enjoués, des arrangements musicaux riches entre rock, funk, pop, West Coast jazz, me guident vers un vin blanc aux arômes profonds et persistants (un ensemble de fleurs blanches, d’abricot sec, d’écorce d’orange en équation complexe).
C’est à l’image d’un grand Bourgogne tels que celui du Domaine Comte Georges de Vogüé en Musigny Grand cru 1977 ou d’un Chevalier Montrachet Grand Cru du même millésime.

page2image10251328

Side 2 vinyl :

4-Achim Kück & Friends « Wind » 1982 – Allemagne (6mns29s)

Cet opus à la mélodie captivante où les cuivres prenants, les voix féminines subliminales, la progression rythmique appuyée par le jazz du piano et du sax soprano émulsionne une superbe ferveur musicale aérienne à l’image du vent !
J’ai choisi un grand cru de Champagne pour son ultra fine effervescence et sa minéralité complexe qui viennent souligner les arrangements musicaux de haute volée : il s’agit de Salon Champagne Brut Blanc de Blancs 1982.
En alternative, les Champagnes millésimés Pol Roger cuvée Sir Winston Churchill ou Krug Brut Vintage ou Bollinger Extra Brut RD. sont aussi des choix judicieux.

 

5-The Mike Nock Underground « Wax planet » 1971 – Allemagne (4mns5s)

La musique cinématique intemporelle ciselée du trio germanique gouvernée par le clavier Rhodes couplé à la « funk bass riff » et à la rythmique au motif modal, décrit une ambiance fascinante.
J’ai choisi un vin blanc minéral avec de la tension gustative qui s’étire sur une longueur hydrocarburée tel que le Riesling du Domaine de Trimbach Clos Ste Hune 1971 ou celui de Hugel & Fils.
L’un de ces 2 crus fantastiques viendra parfaire cet univers musical mystérieux.

 

6-Horace Silver & The L.A Modern String Orchestra (6mns11s)
« Scott Joplin » 1983 – United States

Les arrangements de la composition sont habiles et subtils ornés de voix gospels liées aux instruments à cordes, à la trompette enjouée, à la flûte survoltée, à la rythmique cadencée et au piano virtuose joué par le maestro Silver .
Pour l’accord bachique avec cette composition, j’ai choisi un Pinot noir d’Oregon dans la Willamette Valley du Domaine Yamhill Valley Vineyards 1983, dont les arrangements du morceau viennent souligner la finesse, la vivacité et la maturité harmonieuse du vin rouge aux fruits noirs frais, aux notes épicées et cendrées.

page3image9648384

Side 3 vinyl :

7-Carmen Lundy « Have a little faith » 2016 – United States (2mns53s)

La pureté vocale de la chanteuse leader accompagnée de l’illustre pianiste Patrice Rushen et ses musiciens jazz dessine une mélodie savoureuse à l’image d’un grand cru ensoleillé de Californie tel que ce superbe rouge « blend grapes » (cabernet sauvignon, petit verdot, merlot, cabernet franc) : Domaine Joseph Phleps « Insignia » Napa Valley de 2016.
Ce vin haute-couture de toute fraîcheur au nez de cacao amer en poudre, de baies noirs et de fleurs sauvages, de graphite et de bois de cèdre se conjugue avec « ensorcelance » à cette composition fluide et sensuelle.

 

8-Embryo « Knast-funk » 1977 – Allemagne (5mns58)

La pop funk aux arrangements sophistiqués, appuyé par l’orgue Hammond déchainé et le marimba tropical, réverbère en accord avec ce Gewurztraminer Alsacien intense aux notes exotiques (ananas, fruits de la passion, mangue, kiwi), florales et d’épices: Domaine Hugel & Fils Vendanges tardives pour ce millésime 1977 qui fut compliqué dû à la météo.
En alternative sur ce millésime, je propose les domaines Egon Müller Scharzhofberger Riesling Eiswein ou JJ Prüm Wehlener Sonnenuhr Eiswein ou Kloster Eberbach Steinberger Riesling Eiswein.

 

9-Siegfried Kessler & Serge Bringolf « Sigi dance » 1983 – France (5mns18s)

Pour suivre au précédent dans l’exotisme, ce morceau de jazz fusion rythmé où le Moog, le piano électrique ou classique, les voix tribales, les claps s’affolent jusqu’à l’apothéose. Un style solaire entrainant, avec de la gaité qui me guide vers un choix dionysiaque en accord comme ce grand vin rouge de la Vallée du Rhône du Domaine de Beaucastel (Pierre Perrin) ou Château Rayas en Châteauneuf-du-Pape de 1983.
Les cépages de grenache, de syrah, de mourvèdre développent avec la grande maturité, un bouquet de fruits noirs et rouges mûrs, de truffe, de sous-bois, d’épices poivrées, de cuir et de sensation sauvage animale à l’image des arrangements du morceau choisi.

Pour les afficionados du style, de fines notes oxydatives viendront patiner avec délice, ce mariage musique et vin.

page4image9535488

Side 4 vinyl :

10-Gustav Brom Orchestra « Call up the rain » 1976 – Tchéquie / Slovaquie (5mns19s)

Cette composition extrême orchestrée comme une musique de film à suspense, au rythme afro funk, à la guitare wah-wah excitée, à l’orgue Hammond appuyé par un ensemble cuivré, aux choeurs de voix masculines hantées, « échoïse » avec un grand Tokaji Aszù Disznokò 5 puntos 1976.

La dégustation est ample et volumineuse, puis sa longueur en bouche alliant l’équilibre parfait de la marmelade d’agrumes, de notes miellées, d’abricot, de sensation fumée, de seigle et d’épices, assied ce nectar Hongrois légendaire comme celui destiné aux Rois.

Les 3 cépages autochtones (furmint, hárslevelű, sárga muskotály) qui le composent, en font un vin blanc liquoreux à la garde d’exception à l’image du morceau qui n’a pas pris une ride avec le temps.

 

11-Frederic Rabold Crew « Ride on » 1975 – Allemagne (3mns25s)

L’orchestration jazz funk psychédélique et rythmé, aux cuivres perçants, aux claviers d’orgue et électriques, au solo de trompette vigoureux, à la basse soutenue concocte une bande instrumentale chevaleresque à l’image de la complexité de ce grand Riesling germanique du Domaine Fritz Haag de 1975 situé au bord de la Mosel River à Brauneberg : ce vin à la longévité exceptionnel, aux arômes puissants de fleurs blanches, d’agrumes, de fruits exotiques confits au miel, de pomme cuite, de poivre blanc et de gingembre, exprime une structure à la vivacité minérale tendue.

 

12-Stan Kenton & His Orchestra «Samba de haps» 1976 – United States (3mns52s)

La musique swing, dense, cuivrée, à l’instrumentation puissante, riche et cinglante évoque en accord bachique, un spiritueux aux qualités semblables tel que le Cognac Lhéraud ou Hine en Grande Champagne du même millésime.

La profondeur des arômes épicés, l’attaque gustative vive et la persistance rancio et chocolat amer en longueur se conjuguent gracieusement, en parfait contraste, avec l’ardeur sonique du morceau.

 

13-Larry Rose Band « The sand » 1978 – Pays-Bas (5mns17s)

La délicate mélodie instrumentale superbement arrangée où la voix masculine couplée aux divers cuivres fusants et aux arrangements de claviers électriques dessine une poésie romantique épurée à l’image de la dégustation d’un grand Bourgogne du même millésime : Chablis Grand Cru Grenouilles 1978 du Domaine Louis Michel & fils par exemple.
La minéralité et la pureté du chardonnay se reflètent dans la musique aux attributs équivalents.

 

https://bbemusic.bandcamp.com/album/dj-cam-fr-d-ric-beneix-present-wine4melomanes

https://www.bbemusic.com/downloads/wine4melomanes/

https://orcd.co/wine4melomanes

 

 

Dig your wines and spirits here to trip with the Wine4Melomanes adventure, if you can’t find them in your local cellar / retailer but, u can also as well try some slightly different ones trusting recommendations of your favorite wine-keeper around your place :

https://www.closdesmillesimes.com
https://www.caves-legrand.com
https://lescavesdetaillevent.com/fr/
https://www.vintageandcie.com

 

Click on this picture to watch full graphics gatefold:

Wine4melomanes

 

DJ Cam & Frédéric Beneix present: Wine4Melomanes

 

Ma vinothèque rouge du Club des 5 bordelais pour l’été

Mise en musique Wine4Melomanes
de 5 excellents crus Rive Droite Bordelaise.
(dégustés en Juin 2021)

Des rapports qualités prix exemplaires choisis lors des dégustations Primeurs en Mai dernier en compagnie des dirigeants ou des propriétaires, qui m’ont confié leurs flacons millésimés choisis à accorder en musique.

Un voyage poétique qui souligne la complexité, la vivacité, l’harmonie et la sensualité de chaque identité des vins dégustés.

Les morceaux choisis en accord sont du même millésime que celui des crus.

 

Le premier se situe en Côtes de Bourg pour le Château Sauman et sa cuvée Tradition 2016.
C’est un merlot en majeure partie où les fruits rouges et noirs bien juteux (framboise, cerise noire), les notes de feuilles de tabac, les épices (muscade, poivre) se conjuguent en équilibre avec l’entrée en bouche fluide et ronde.

La composition musicale choisie de 2016 du groupe anglo-saxon Da Lata pour « Asking eyes » très inspirée, est de consonance brésilienne fluorescente afin de souligner la générosité et la rondeur du vin convivial savouré.

 

 

Le deuxième en Saint-Emilion Grand Cru nommé Croix de Labrie également composé de merlot mais à 100% propose un 2017 est prêt à goûter également.
Un nectar digeste dont la complexité profonde dévoile des arômes de mûre, de prune, de cacao fumé, de cuir et de bois de cèdre pour ne citer que l’essentiel.
La bouche fusante et sensuelle délivre une finale poivrée aux tanins extra fins.

La composition musicale choisie de 2017 de la chanteuse Connie Constance pour « Let go » aux arrangements ciselés et modernes, vient s’accorder à la poésie des effluves et à la sapidité du breuvage délecté.

 

 

Le troisième Château Mangot 2016 de la même appellation en merlot dominant « blended » de cabernets, exprime une finesse complexe olfactive composée de fruits rouges et noirs fondants, de notes de réglisse, de jus de viande, de notes cacaotées, de bois de cèdre et plus encore.
La bouche est vivace à l’acidité bien maitrisée, digeste comme les précédents vins, enveloppante et longue de saveurs en caudalies.

La composition jazz choisie de 2016 de l’artiste Kurt Elling (feat. Gary Versace on piano) pour « After the door » aux évanescences subtilement orchestrées, viennent épouser l’ émanescence précise et sensuelle du vin dégusté.

 

 

Le quatrième Château Ripeau 2016 est un Grand Cru Classé de la même appellation à la dominante du cépage merlot et cabernets. Il exprime son bouquet de fragrances dans la puissance et la fraicheur du fruit, de la fleur et de l’empyreumatique précis, en harmonie avec la bouche aux notes kirschées.
Un étalon solide qui pourra séjourner quelques décennies en cave.

La composition musicale choisie de 2016 du groupe anglais BADBADNOTGOOD pour « Cashmere », à l’image d’une bande originale de film voyageuse et rêveuse, se calque à l’harmonie et l’émerveillement des saveurs caressantes du nectar dégusté.

 

 

Le cinquième Château Jean Faure 2018 en bio d’appellation identique, composé de merlot et de cabernet franc sur un terroir d’exception d’argile de crasse de fer, signe un opus riche et vivace, concentré et frais, de bonne droiture tannique, floral et fruité, un vin de haute-couture.
Une bouche sphérique gourmande exprime la grande sincérité du breuvage aux fines notes de moka, de fruits noirs et de minéraux.

La composition musicale choisie 2018 de l’artiste français Aquaserge pour « Si tu t’en va (Léo Ferré) » où les arrangements tendances « Gainsbouriens » fouillés, illustrent la fougue du philtre régalé à l’image d’un ballet de nymphes rouges aux douces résonnances.

 

Millésime Bio 2021 : La beauté du vin au naturel

Pour sa 28ième édition de 3 journées consécutives, le Salon International des Vins et Spiritueux BIO, fut un moment des plus novateur et efficient.
En effet, en raison du contexte sanitaire que nous connaissons bien, le défi était de taille !
Et il a été relevé avec brio par la mise en place d’une plateforme 100% digitale aux dates initialement prévues du Salon.
Grâce à cette adaptation, l’ensemble des professionnels de la filière (sommeliers, acheteurs, négociants, professionnels de tout type autour du vin et spiritueux) ont pu s’inscrire sur la plateforme une quinzaine de jours à l’avance, auprès de plus de 350 exposants et avoir accès à tous leurs supports (fiches techniques, photos et vidéos) publiées.

L’agenda automatisé sur le profil de l’inscrit se déroule avec fluidité et pour ma part, complètement rempli de 7h30 à 19h quasiment sans interruption.

Le jour de l’ouverture en surfant sur le Salon virtuel, nous avions accès à plus de 1000 stands car de nombreux exposants n’avaient pas rempli leurs fiches au préalable.
Durant ces trois jours, j’ai pu converser en « visio », ou chat, directement avec les vignerons de chaque domaine, après quelques manipulations digitales.
Les quelques bugs rencontrés au démarrage ont aussi fait le charme de la prise de risque de l’organisation visionnaire, qui toutefois ont pu se faire par téléphone.
L’avantage de cette solution fut la découverte, la promenade dans les allées du salon ainsi que la rencontre des vignerons au calme, en prenant le temps de parcourir l’ensemble des informations partagées en amont et ainsi de cibler les entretiens.

En parallèle, plusieurs conférences pouvaient être suivies en direct en opérant de la même manière.

La richesse du contenu proposée a presque fait oublier le côté frustrant de ne pas rencontrer et déguster sur un stand !

En effet, il fut possible suivant des choix précis, de pouvoir se faire livrer des échantillons pro qu’il soit dans un domaine d’achat, de distribution ou de communication, pour continuer son travail dans des conditions véritablement optimales.

Quoiqu’il en soit, une méthode qui pour ma part est un franc succès, ainsi que pour la plateforme compte tenu des visites, des transactions réalisées et celles en cours.

D’ailleurs, l’événement a ouvert de nouveau pour 2 jours les 18 et 19 Mars, afin de poursuivre sur l’ensemble des vins médaillés Challenge MillésimeBio 2021 avec le même système de rencontres digitales en « visio ». Nous étions au rendez-vous !

Un peu de musique choisie pour souligner la beauté, la complexité, la pureté, la vivacité, l’harmonie, la sensualité du vin ou du spiritueux dégusté selon le concept Wine4Melomanes:

Floating Points, Pharoah Sanders & The London Symphony Orchestra – ¨Promises – UK 2021

Movement 4

Movement 5

 

Enfin, voici mon impression gustative résumée des vins que j’ai retenu, après les avoir reçu directement de plusieurs domaines français et européens avec lesquels je me suis entretenu.

J’ai choisi une série européenne de blancs et rouges suffisamment complexes et vivaces, afin que les sommeliers puissent réaliser des accords mets et vins de haute qualité.

Afin de s’aiguiser les papilles, j’ai démarré la dégustation en Espagne, dans la région Catalane, avec 3 cuvées du Celler Aixalà Alcait en rouge de l’appellation Priorat à l’acidité exemplaire délivrant la fraicheur du fruit noir sauvage aux fines notes fumées et réglissées. La cuvée funky « De Strank is » 2018 se détache des 2 autres avec un toucher de bouche déconcertant de séduction. Ses grandes sœurs, bien tendue et minérale pour Pardelasses 2017, plus aromatique typée pour Les Clivelles de Torroja 2018, sont destinées à la haute gastronomie et le service en carafe sur les plus belles tables avec un rapport qualité-prix très attractif.
Puis le domaine barcelonais Alta Alella délivre 2 cuvées bien corsetées, l‘une Cau d’en Genis du cépage Pansa blanca aux arômes de fenouil avec une bouche saline gourmande, l’autre Dolç Mataro’, une douceur rouge complexe délicieuse et fraîche (suivant la T°C de service) en symbiose autour du pruneau, de la datte confite, de la figue noire très mûre et du marc de café.

En France, je commence par des vins sudistes, tels que le Domaine des Schistes en Côtes de Catalanes ou Côtes du Roussillon, dont je vous souhaite de découvrir sa gamme riche et délicate, où les cuvées de grenache blanc et gris sont superbement aromatiques. Pour le sec il y a Le Parcellaire Casot d’en Gora 2018 (melon, pêche, poire, salin, minéral), pour suivre le puissant du Haut de la Solera de Rancio sec Algo (noisette, amande amère, oxydatif balsamique, champignonné), et l’on file sur le détonnant Rancio sec en petite fiole et la douce Solera Rivesaltes sublimée par la figue sèche.
Puis la lignée parcellaire des rouges frais où s’allient avec précision et tension, le carignan, la grenache et la syrah pour la cuvée La Coumeille en Côtes du Roussillon Villages 2018 (fruits noirs et rouges, puissance), la cuvée Caune d’en Joffre en Tautavel 2018 (minéralité, zeste d’agrumes, équilibre), la cuvée Devant le Mas en Maury sec 2018 (grenache noir, lladoner pelut) révèle une facette gustative aérienne du domaine sur ce millésime et le vin doux naturel Maury La Cerisaie 2019 (fruits rouges et noirs chocolatés sucrés à la juste note).

Le Domaine Modat « de-ci de-là » 2019 Côtes du Roussillon est une alliance de grenaches, de macabeu et de carignan blanc tout en équilibre à la tension juste aux notes de mangue fumée, appétant et idéal pour la restauration dont le sticker logoïsé « d+M)3 » ne sera jamais démodé !
En suivant, les 2 cuvées rouges « comme avant » 2016 et « sans plus attendre » 2018 en Côtes du Roussillon Villages Caramany délivrent des vins charnus sur le fruit noir, la prune, la réglisse et le poivre noir fumé, l’ensemble à l’acidité bien gouvernée.

A Saint-Chinian, le Mas Cynanque propose une excellente cuvée Althea, blend de roussanne, vermentino et grenache élevée 10 mois en jarres de grès, qui allie intensité et fraîcheur.
Les 2 cuvées en rouge qui sont Nominaris (syrah) à la puissance cacaotée fusionnée au zan et Carissimo (carignan) plus dans la finesse d’un chocolat grand cru au lait.

Près des gorges de l’Hérault, sur les monts du village classé de Saint Guilhem-le-désert, le vigneron Olivier Faucon pour le Mas Combarela avec la cuvée « Des Si et des Mi » 2018 en grenache blanc, ajuste parfaitement le fruit et la fleur au nez comme en bouche avec tension.
La série des rouges « Des Si des Mi » blend du Languedoc 2019, « Les Vieux Mazets » en Carignan, « Le Clos Secret » en Cinsault, tous 2 en IGP StGuilhem et « Ode aux ignorants » en Terrasses du Larzac regorgent de ferveur gustative fusant d’épices subtiles, de fruits frais, où l’élégance du savoir-faire du vigneron avec son terroir ne fait aucun doute.

Plus à l’Est, la Côte Roannaise nous délivre un blanc d’exception viognier sur granit pour le Domaine Sérol et sa cuvée « Oudan de Butte en blanc 2019 » où l’ananas Victoria aux notes abricotées vivifiées par une tension en bouche réussie.
Leurs 4 cuvées de rouges « Perdrizière », « Les Millerands », « Eclat de granit » et « Chez Muron » en amphores signent un gamay d’excellence où le fruit éthéré empyreumatique qui ne demandent qu’à être consommer.

En Lirac, le Domaine de la Mordorée et sa cuvée rouge « La Reine des Bois » 2018 signe une maitrise du fruit noir, de l’empyreumatique et de l’épice avec grande fraîcheur depuis de nombreux millésimes.

Dans le Rhône, Natacha Chave et sa cuvée Aléofane en Crozes-Hermitage 2019 a réussi son pari d’obtenir un élixir dense, vivace et pur avec cette syrah diabolique qui vous guérira de tous maux. Les fruits noirs, les épices, l’eucalyptus, la réglisse et quelques essences fumées donnent une complexité idéale pour un accord met et vin autour du gibier par exemple.

En Bourgogne, les parcellaires Mâconnais du Domaine Senaillet du duo Martin en Saint-Véran, Les Rochats et Les Buis 2018 donnent de l’éclat à cette appellation où le chardonnay est roi.
Puis le Domaine Seguin-Manuel signe en haute-couture, leurs cuvées mirifiques 2018 Clos des mouches en Beaune 1er Cru et Les Clous en Meursault, avec des bouches complexes, volumiques et longues en caudalies, naviguant entre la richesse de fragrances luxueuses et la tension minérale. Ses cuvées parcellaires rouges de haute volée telles que la nouvelle en nature zéro sulfite, brillante et fraîche en Savigny-Lès-Beaune 2017 & 19, la « Bressandes en Beaune 1er Cru 2017, la « Aux Communes » en Vosne-Romanée 2018 & 16 et la « Petits Noizons » en Pommard vous attisent d’un désir extrême la découverte de ce cépage magique à la sensualité caressante : le pinot noir où il est astral comme ici, lorsqu’il est élevé, vinifié par la main d’un maître.
Puis à Savigny-Lès-Beaune, J.M Giboulot a 2 cuvées l’une éponyme, l’autre Haute Côte de Beaune dont la franchise et la fraîcheur aux notes épicées pour le 2019 enjoue notre appétence.
Les 4 parcellaires millésime 2019 en rouge « Clos du Roi » en Beaune 1er Cru, « Aux Grands Liards » en Savigny-Lès-Beaune, « Aux Gravins » en Savigny-Lès-Beaune 1er Cru et « En Brescul » en Pommard viennent appuyer la qualité indéniable de ce domaine où les épices cendrées jouxtent avec les baies nobles ensorcelées du raisin cultivé dans la passion du terroir.
Dominique Gruhier au Domaine de l’Abbaye du Petit Quincy à Epineuil avec un triptyque de 2 cuvées en pinot noir, l’une nommée L’Ame des Dannots surprenante de finesse aux fruits rouges denses et croquants, l’autre parcellaire Cuvée Juliette framboisée jouxtant la canneberge, à la gouvernance minérale avec une acidité superbe ; la 3ième en Chablis 1er Cru Montée de Tonnerre à la complexité fruitée riche bien arrondie déclinant le pamplemousse, la pêche de vigne, la poire, l’ananas et la papaye.

En Alsace, le Riesling de J.B Adam en vieilles vignes 2017 Kaefferkoff Grand Cru donne de l’amplitude au terroir avec de la grâce fruitée combinée à une fine trame de sensation hydrocarbure. Le pinot noir élevé en fûts de chêne millésimé 2017 vient scander la puissance du travail de ce domaine biologique depuis multiples décennies.
Le Domaine Simonis sur le même Grand Cru signe aussi le Gerwuztraminer 2017 riche et plus exotique, très adapté aux accords de mets étoilés internationaux.

En Autriche, le Domaine Huber en Traisental avec sa cuvée d’exception en flacon de terre cuite noircie,

« Metamorphosis-e » le cépage autochtone Grüner Veltliner en fusionnant le floral (jasmin) et le fruité (agrumes et fruits blancs) dans la pureté alpine.
Puis Andreas GSellmann en Burgenland, propose plusieurs crus secs désaltérants et fins tels que le vin orange Traminer au nez de miel réussi ou le Grauburgunder (pinot gris) ressourçant autour du melon et de la poire.
Sa cuvée « Ried Gabarinza » de la même appellation, offre un vin généreux kirsché qui conjuguent 3 cépages dont le merlot.
Enfin, le Domaine Sepp Moser dans la région du Kremstal propose son fameux Gruner Vetliner Schnabel Reserve 2019 gouvernant avec fraîcheur des senteurs d’ananas, de pomme, de melon, et de minéraux broyés. Son rouge mono-cépage Reserve Zweigelt 2018 dans la région de Neusiedlersee exprime un agréable équilibre de fruits noirs et rouges avec de fines notes de cèdre, l’ensemble frais et parfait dès l’ouverture du flacon.

En Hongrie, le Tokaj Hétszolo Dry Furmint 2018 médaillé OR harmonise la dégustation avec salinité, la poire, la pomme verte et le citron vert. En suivant, le Aszu 5 puttonyos 2010 fusionne l’orange amère, l’abricot confit et le miel fumé aux notes d’hydrocarbures, un must « sweet » gustatif!

Un crochet vers l’Italie pour découvrir les vins de la région Friule frontalière de l’Autriche et de la Slovénie, au bord de la mer Adriatique. Le domaine de Tenuta Stella à la communication classieuse, élabore dans la petite appellation Collio près de Triestre, une série de blancs 2018 dont le cépage Malvasia aux notes riches de fruits secs et de fleurs séchées, celui de Ribolla Gialla Reserva à la candeur vanillée, safranée avec des notes de bacon fumé, puis Friulano 2019 à la complexité minérale conjuguée aux agrumes, aux notes de cidre avec une longueur sur l’amande amère. En appellation Venezia Giulia, la cuvée Sdencina Rosso aux fruits noirs sauvages épicés mêlés de notes balsamiques, vient couronner la fluidité resplendissante des crus de ce domaine à découvrir.
Puis dans le Piémont à Cisterna d’Asti, Cascina Vèngore installée dans un cadre idyllique formé par la vallée en amphithéâtre Terra d’Alfieri, cultive sur des petites parcelles avec grande passion du terroir naturel, les cépages rouges Nebbiolo, Barbera et le blanc Arnéis. J’ai retenu l’extrême finesse résultante des cuvées avec en tête celle réalisée en amphores nommée Mignane 2017 où le floral, le fruit et l’épice résonnent en symphonie de délices au nez comme en bouche. Belgardo Terre d’Alfieri Nebbiolo 2016, Mompirone Barbera d’Asti Superiore à la vinification ciselée en fûts de chêne appuient le savoir-faire de ces vignerons italiens, respectant la biodiversité de leur domaine à la perfection, jusqu’à utiliser exclusivement l’eau pure des nappes phréatiques de leur terroir.

On revient en France, dans la Loire, en Anjou, le royaume du Chenin pour le vin blanc avec le Château de la Roulerie qui se décline sur 3 cuvées excellentes : Les Terrasses 2018 alliant fruit riche et tension avec une longueur sur le zeste de citron vert, puis Magnolia 2019 plus salin avec une sensation subliminale des fruits tropicaux, et les Coteaux du Layon 1er Cru Chaume 2018 sur la suavité grâce au phénomène de botrytisation du raisin, un délice sensuel à l’image d’une marmelade d’agrumes signée par un grand Chef.

Pour finir, dans ma région bordelaise, voici un cru 2018 de Saint-Emilion en merlot, cabernet franc sans sulfites particulièrement bien maitrisé dont je recommande l’approche : Château La Forge Céleste est l’aventure d’un passionné, Matthieu Verhaeghe, qui propose un vin unique concentré et pur où la fougue poétique vous séduira à coup sûr.

Et s’ajoute en post scriptum, une surprise conçue en Charente par ARSpirits Max&O, la Madame Vodka Craft au quinòa exquise en entrée comme en fin de repas, vient couronner ce reportage, sans oublier le Calvados Claque-Pépin XO par Benoit Louvet, gorgé de saveurs tarte Tatin.

 

En deuxième partie, je viens brièvement saluer les vins médaillés réceptionnés dernièrement.
Il s’agit d’un septuor de crus tels que : les bulles d’Or fines fusantes de bonheur du Champagne Blanc de Noirs de l’incontournable orfèvre « bio-dynamie » Fleury dont l’architecture aérienne du pinot noir attise notre appétence, l’élégance sensuelle Vénitienne du blend de cépages Corvina, Rondinella, Molinera, Corvinone pour l’Amarone della Valpolicella Classico La Dama 2016 à la fluidité déconcertante de sérénité et à la dégustation inhabituelle mais extrêmement réussie pour ce type de vin, le trésor caché Les Bancèls 2017 au Domaine de Cébène de l’appellation Faugères où le terroir de schistes et son encépagement de syrah, de grenache, de mourvèdre et de carignan délivre un vin de grande pureté revitalisant à la salinité fine, le cabernet franc haute-couture des maîtres vignerons Agnès & Xavier Amirault pour leur cuvée musicale Le Fondis 2017 en Saint-Nicolas-de-Bourgueil où « Led Zep » n’a qu’à bien se tenir, le Chablis 1er Cru « Butteaux » 2018 du Domaine Jean Collet & Fils où le chardonnay riche et complexe issu d’un terroir d’argile bleue suspend nos papilles dans la grâce, la Touriga Nacional 2018 de l’Herdade Dos Lagos « ginger-cacaotée » aux fruits noirs exprimant sa vivacité dans la sincérité et l’alliance syrah cabernet à la fraîcheur allurée « griottine kirschée » épicée en Provence pour le Château Réal Martin (ces 2 derniers vins sont à carafer impérativement).

Frédéric Beneix – Wine4Melomanes.com (Février-Mars 2021)

(article publié en partie sur le magazine Sommeliers International N°170 Printemps 2021)

Le Vin de mon Père – 2016

 

Le Vin de mon Père – 2016

Vin de France (du Béarn) (rouge)
Cépage : cabernet sauvignon
Terroir : argilo-calcaire

Le sommelier:
Ce vin qui est vinifié en fûts de 400 l durant 10 j puis élevé en barrique de 225 l pendant 18 mois, dévoile une robe rubis scintillante.
Les effluves révèlent un bouquet floral, où la violette dominante s’exprime avec une sensualité féminine attractive.
Ce breuvage véloce, glisse sur les papilles avec une fraîcheur fruitée sidérante, mixant fraise des bois et cerise juteuse aux notes de poivre blanc, attisant l’appétence jusqu’à l’insolence.
Un vin anti conventionnel digne d’être servi sur une table étoilée, afin de réaliser des accords savoureux détonants !

Le DJ sommelier Wine4Melomanes mixé:

Louie Vega – Because We Love It (feat. Zara McFarlane) – 2016

 

 

La luminescence et l’olfaction du vin dans le calice, viennent épouser cette sensibilité vocale divine couronnée de chorus à l’orchestration musicale ciselée.
La rythmique jazz sautillante du morceau et ses arrangements ajustés, font écho à la vélocité digestive du vin délicat et ses saveurs revigorantes.

Dégusté en Septembre 2020

Grands Crus Pessac-Léognan Primeurs 2019 

Une troisième « virée travailleuse » dans l’appellation Pessac-Leognan pour les dégustations du millésime 2019 avec mon acolyte Guy Charneau (début Juillet 2020):

Ce « mont du milieu » de la région bordelaise signe pour ce millésime le juste équilibre attendu suite aux dégustations des 2 Rives les 2 semaines passées. En effet il représente une symbiose gustative de l’ensemble de la région bordelaise, spécialement grandiose pour le Château Haut-Brion 1er Grand Cru Classé, et en étant plus précis, celui de la Mission Haut-Brion Grand Cru Classé en rouge comme en blanc.

 

Nous sommes reçus personnellement par la responsable des relations publiques du Château Haut-Brion, Madame Hoel Alcaras, pour déguster une dizaine de crus ciselés.

Nous commençons par la série des rouges avec le Château Quintus à Saint-Emilion en Grand Cru appartenant à la grande enseigne. Un domaine prometteur qui ne cesse de réaliser des vins de qualité toujours en progression millésime après millésime. Celui-ci affirme une droiture parfaite, encore austère pour le moment, mais présage une fois ouvert, un rouge rivalisant les plus grands de son appellation. Le Dragon de Quintus quand à lui, est déjà très olfactif avec une tension gustative affirmée et séduisante.

On attaque la dégustation de celui de La Chapelle de La Mission Haut-Brion pour y découvrir une réelle sensualité autant au nez qu’en bouche, à l’image d’une caresse féminine, comme la sensation d’un bouquet floral au poivre blanc.

Puis Le Clarence de Haut-Brion où le triptyque de cépages bordelais habituels, nous rappelle la sensation solaire du 2009 et la tension ferme du 2010, avec une bouche à la sensualité aromatique finement masculine.

Château Haut-Brion rouge illustre la maitrise florale exubérante dans toute sa beauté. Rondeur et volume se joignent dans la grâce absolue, les tanins sont totalement fondus. Puis le blanc au bouquet très ouvert vient en bouche avec l’opulence, la richesse, la longueur en gardant la juste droiture attendue pour obtenir un réel plaisir dès son jeune âge de dégustation.

Enfin La Mission Haut-Brion rouge et blanc vient nous propulser au 7ième ciel en délivrant un cru très complexe alliant la tendresse, la richesse, la densité et une superbe tension épicée poivrée. Deux vins aériens sans exubérance, avec la droiture parfaite, une sensation de fruits et de fleurs fusionnée, une « Mission » au summum de la réussite bachique dans la région bordelaise.

 

En fin de matinée, nous fûmes reçus par le directeur Laurent Lebrun du Château Olivier Grand Cru Classé pour une visite très instructive du domaine et de son historique, ainsi que de son avenir d’allure haute-couture à l’image de ses vins blancs et rouges.

La dégustation de ces derniers jouxtent de plaisir avec les 2 couleurs du Château Haut-Brion lui-même. La grâce et la richesse sont signées dans la luxuriance tirée aux quatre épingles. C’est aussi des vins au rapport qualité-prix très bien étudiés.

 

J’ai choisi La Mission Haut-Brion rouge 2019 avec l’accord musical selon Wine4Melomanes, le morceau jazz du même millésime:

I Still Believe par l’artiste Ashley Henry afin de souligner la perfection et la complexité du vin dégusté.

 

);